Qu'il avait triste mine ce rosier! Planté sous un sapin, à l'ombre et dans une terre pauvre, il s'étiolait désespérément à la recherche de lumière. Les conditions n'étaient pas réunies pour qu'il s'épanouisse... 

Ayant un petit faible pour les roses (et les pivoines, les heuchères, bref, j'ai beaucoup de faiblesses semble-t-il!...), je ne pouvais me résoudre à le laisser dans cet état. De plus, n'ayant jamais vu la couleur de ses fleurs, j'ai voulu lui donner une deuxième chance. 

Je l'ai planté dans un autre coin du jardin, au soleil et lui ai accordé un joli support : une vieille échelle en bois. Posée sur deux briques afin qu'elle ne pourrisse pas, elle a simplement été protégée par de l'huile de lin.

P1180366

Il a bien supporté l'hiver à son nouvel emplacement. Ce printemps, après une petite taille, je lui ai adjoint les services d'une valériane à ses côtés et d'une mélisse citronnelle à son pied afin que les deux parfums se mélangent.

 

P1190403

J'ai hâte de découvrir la couleur de ses fleurs et de le voir grimper à l'assaut de l'échelle...